Bourse de recherche Jacques-de Champlain

L'AMUQ et la Fondation Jacques-de Champlain sont heureuses d'offrir chaque année une bourse de recherche de 5 000 $ sur les soins de réanimation cardiovasculaire.

De retour au printemps prochain.

 

Bourse de recherche Jacques-de Champlain

La Fondation Jacques-de Champlain a été créée à la suite du décès du Dr Jacques de Champlain dû
à un infarctus du myocarde le 15 juillet 2009. Il faisait alors une promenade à vélo en famille et n’a malheureusement pu bénéficier de soins préhospitaliers optimaux pour sa condition. Le Dr Jacques de Champlain était un médecin et chercheur émérite dans le domaine de l’hypertension artérielle. Durant sa carrière, il a publié plus de 500 articles dans les journaux scientifiques les plus réputés en plus de présenter ses travaux dans les congrès et rencontres scientifiques partout autour du monde. Il suivait régulièrement plus de 600 patients atteints d’hypertension. En 2003, il a été nommé professeur émérite de l’Université de Montréal. Le Dr Jacques de Champlain a reçu de nombreux prix et distinctions tout au long de sa carrière. Il a été nommé officier de l’Ordre du Canada en 1997 et de l’Ordre national du Québec en 1999.

À qui s'adresse cette bourse ?

À tous les membres de l’AMUQ, en particulier les médecins résidents et chercheurs juniors intéressés par la recherche sur les soins de réanimation cardiovasculaire (RCR et défibrillation cardiaque) et souhaitant réaliser un projet de recherche au Québec et publier dans une revue scientifique avec évaluation par les pairs.

Bourse de recherche sur les soins de réanimation cardiovasculaire de la Fondation Jacques-de Champlain et de l'Association des médecins d'urgence du Québec (AMUQ)

• Tout.e candidat.e doit être membre de l’AMUQ.
• Le projet doit porter sur des aspects liés à l'avancement de la recherche sur les soins de réanimation cardiovasculaire (RCR et défibrillation cardiaque).
• Le projet proposé doit avoir le potentiel d'être publié dans une revue scientifique avec évaluation par les pairs.
• Le projet doit avoir un site ou des sites d’étude basés au Québec.
• Les projets soumis par des médecins résidents ont priorité. Elle ira ensuite aux chercheurs.euses ayant moins d’expérience, puis aux plus expérimenté.e.s.
• Les candidat.e.s résident.e.s en médecine doivent être supervisé.e.s par une personne qui a déjà une certaine expérience en recherche.
• Une bourse de recherche de 5000 $ est disponible chaque année.
• Une seule bourse est attribuée par candidat et par projet de recherche.
• Si aucun projet ne remplit les critères de recherche, aucune bourse n'est attribuée.

Le montant de la bourse est versé en trois versements :

• 1 500 $ remis aux lauréats après une courte présentation du projet sur affiche lors du Congrès scientifique de médecine d’urgence.
• 1 500 $ lors de la présentation des résultats de la recherche dans le cadre d’une activité de formation médicale continue de l’AMUQ.
• 2 000$ lors de l'acceptation du projet pour publication.

Lauréat de la bourse de recherche sur les soins de réanimation cardiovasculaire de la Fondation Jacques-de Champlain et de l'Association des médecins d'urgence du Québec 2018

Impact d'une modification de la prise en charge préhospitalière pour les patients souffrant d’arrêt cardiaque réfractaire pour les diriger vers des centres pouvant effectuer de la réanimation par circulation extracorporelle: étude de faisabilité
Alexis Cournoyer

La réanimation par circulation extracorporelle (R‐CEC) consiste à utiliser un appareil externe pompant et oxygénant le sang afin de rétablir une fonction cardiopulmonaire chez des personnes qui subissent un arrêt cardiaque (AC). Cette intervention a été démontrée efficace pour améliorer la survie des personnes souffrant d’un AC. Comme la R‐CEC n’est disponible que dans cinq centres hospitaliers à Montréal, un défi important consiste à y transporter rapidement les personnes qui pourraient bénéficier de cette intervention. Une solution possible serait de mettre en place un système de redirection pour ces personnes, soit de les transporter par ambulance dans le centre hospitalier pouvant faire une R‐CEC plutôt que dans le centre hospitalier le plus proche au plan géographique. Cette nouvelle proposition de redirection est basée sur l’efficacité de deux systèmes similaires pour d’autres conditions urgentes (infarctus du myocarde et traumatisme sévère) pour augmenter le taux de survie et réduire la morbidité. Étant donné les ressources impliquées, cette approche ne peut être implantée sans évaluation préalable. Ainsi, cette étude vise à évaluer si l’établissement d’un tel système de redirection améliorerait l’accès à la R‐CEC pour les patients souffrant d’AC et possiblement leur survie. Les résultats de cette étude pourraient mener à proposer l’implantation de ce système dans les protocoles de réanimation au Canada et au plan international. Ceci pourrait permettre à de personnes subissant un AC et ayant actuellement moins de 1% de chance de survivre de bénéficier d’un traitement qui permet d’augmenter cette chance de survie à plus de 50%.