Nouvelles

Mot du président de l'AMUQ : « Dr Barrette, retirez le projet de loi no 20 ! »

le mercredi 4 février 2015

L’AMUQ dans les médias

J’ai fait parvenir une lettre adressée au Dr Barrette lui demandant de retirer le projet de loi no 20 (PL20) aux journaux le 3 février. J’ai aussi fait plusieurs entrevues (13 janvier, 14 janvier, 24 janvier).

La position défendue par l’AMUQ demeure la même que celle de la FMOQ : il ne faut en aucune façon tenter de négocier sur la base du PL20, en raison principalement du fait que le Ministre se donne tous les pouvoirs de tout décider par règlement. On sait qu’il a peu d’estime pour les non-spécialistes. Il ne faut absolument pas lui donner ce pouvoir dont il saura sûrement abuser.

Le Collège des médecins a publié une position aujourd’hui qui souligne le manque de transparence du Dr Barrette qui a déposé deux projets de loi sans consultation avec les médecins et qui s’apprête à en déposer d’autres, toujours sans consultation. Le Collège souligne aussi que le projet de loi est déposé sans les règlements qui vont suivre, donc que ses effets sont impossibles à prévoir. Il craint davantage les effets pervers des mesures coercitives qui risquent d’amplifier les problèmes existants. Le communiqué termine en ces termes : « La population s’attend de toutes les personnes en autorité qu’elles exercent un leadership rassembleur et positif, centré sur les solutions et qui fasse preuve de maturité et d’altruisme ». On est bien loin de l’approche Barrette. Bravo pour le Collège !

L’AMUQ cherche l’appui de l’ACMU

Je suis entré en contact avec les membres du comité des affaires interprovinciales et des affaires publiques de l’ACMU. Les médecins se sont montrés touchés par les enjeux, et des parallèles avec des situations vécues dans d’autres provinces de tentative de contrôle des coûts ont été faits.

L’ACMU doit travailler sur une position concernant le travail typique d’un médecin d’urgence et la définition même du médecin d’urgence, incluant la formation nécessaire. Il est clair que notre position (ETC = 12-14 gardes par mois ou 30 heures par semaine) correspond à la perception des autres médecins d’urgence au pays.

De notre côté la position écrite en 2009 sur le Profil du médecin d’urgence à temps plein semble encore valable. Une revue systématique de la littérature récente à ce sujet reste cependant à faire.

Autres considérations

D’un point de vue légal, il semblerait que seule l’obligation de travailler plus que ce que le médecin se sent capable pourrait éventuellement être infraction possible par rapport au code de déontologie (communication informelle). Mais comme le choix existe de ne pas faire toutes les heures exigées en absorbant une coupure de salaire, le médecin ne peut prétendre qu’une loi l’oblige de travailler 36 heures/semaine.

Les pilotes de ligne sont plafonnés par Transport Canada à 40 h par sept jours et 120 h par 30 jours aux commandes, aucune exception n’est tolérée sauf pour des conditions météo modifiant les parcours en vol (communication personnelle). 120 h par 30 jours équivalent aux 30 h par semaine que nous considérons comme un temps complet.

L’AMUQ demande à être entendue en consultation particulière à l’Assemblée nationale

Le Dr Amir Khadir de Québec solidaire a accepté de faire une demande en ce sens à l’Assemblée nationale. Il n’y a pas de garantie toutefois que nous allons être choisis parmi tous ceux qui en feront la demande.

Résultat du sondage de décembre

  • Le sondage a démontré que 92% des médecins d’urgence sont des médecins de famille (61 % MD, 31 % MU3) ;
  • Le pourcentage des quarts de travail couvert par les trois groupes FRCP, CCMF et MU3 sont 8 %, 63 % et 29 % ;
  • 53% des omnipraticiens travaillent plus de neuf quarts par mois, versus 70 % des MU3 ;
  • En ne retenant que les membres de l’AMUQ, les omnipraticiens ont répondu pratiquer l’urgence pour 73 % de leur temps, les MU3 pour 90 % de leur temps et les FRCP pour 81 %.

Le taux de participation a été très satisfaisant, merci pour vos réponses.

En souhaitant que ce soulèvement massif des médecins porte fruit et que le Ministre renonce de déposer sa loi, demeurons solidaires et vigilants.

Bernard Mathieu, M.D.
Président