Nouvelles

Les soins d'urgence au Québec sont en sursis. Prévenons une détérioration de la situation !

le jeudi 9 juin 2016

Les soins d'urgence au Québec sont en sursis. Prévenons une détérioration de la situation !

Les patients du Québec et de certaines autres provinces au Canada souffrent de délais inappropriés dans les soins d'urgence et l'ACMU presse les gouvernements d'instaurer les « bons remèdes » aux « bons problèmes ».

Les symptômes

  • des temps d'attente très longs pour les Canadiens dans les salles d'urgence
  • des urgences bondées et dysfonctionnelles
  • des souffrances, et même parfois des morts évitables
  • des médecins et infirmières surchargées

Les diagnostics

 
  • le blocage d'accès aux lits d'hospitalisation
    • les patients admis demeurent à l'urgence au lieu de monter aux étages
    • ceci résulte en un manque d'espace et de ressources pour les nouveaux patients se présentant à l'urgence, induisant un manque d'efficience de l'urgence
  • une pénurie de médecins d'urgence résultant d'un nombre insuffisant de postes de formation en médecine d'urgence en spécialité et pour l'année complémentaire de formation en médecine d'urgence du collège canadien de médecine familiale

Les données objectives pour soutenir ce diagnostic

  • le rapport du Commissaire à la santé et au bien-être de M. Robert Salois
    • les temps d'attente sont plus longs au Québec que partout ailleurs dans le monde occidental
  • les données de l'ICIS (Institut canadien d'information sur la santé)
    • les temps d'attente approchent les 30 heures 90 % du temps
  • des recherches
    • les temps d'attente à l'urgence sont associés à une morbidité et une mortalité plus élevées
  • le rapport du comité collaboratif trilatéral sur l'avenir de la médecine d'urgence au Canada publié le 6 juin 2016
    • Il y a en ce moment une pénurie de 478 médecins d'urgence au Canada, et ce chiffre va doubler d'ici 5 ans et tripler d'ici 10 ans

Les « bons remèdes » pour les « bons problèmes »

  • mettre l'accent de façon urgente sur des mesures pour atteindre les cibles nationales proposées pour les temps d'attente à l'urgence pour les patients admis (prévenir le blocage d'accès aux lits d'hospitalisation), soit 2 heures pour accéder à l'étage une fois la demande d'admission faite, 90 % du temps
  • augmenter de façon urgente le nombre de places en résidence pour les spécialités en médecine d'urgence que ce soit au Collège royal (spécialistes) ou au Collège des médecin de famille du Canada (3e année)

Les « mauvais remèdes » pour les « mauvais diagnostics »

  • créer des « supercliniques » pour traiter le blocage d'accès                               
  • des données montrent que les patients avec problèmes mineurs ne causent que peu d'effet sur les temps d'attente, puisque les urgences ont déjà les ressources et que ces patients peuvent être traités efficacement entre les cas plus aigus
    • des protocoles de réorientation vers les cliniques avoisinantes sont déjà en place dans beaucoup d'urgences des cliniques sans rendez-vous sont déjà nombreuses sur le territoire
  • obliger les médecins formés pour travailler à l'urgence (ayant complété une troisième année de formation complémentaire du CCFM) à faire de la prise en charge en première ligne. Ceci va exacerber une pénurie déjà présente en médecins d'urgence, diminuer le niveau de compétence des équipes médicales d'urgence et la cohésion des départements d'urgence
  • croire qu'un meilleur accès à des mesures préventives et à un médecin de famille vont réduire drastiquement le besoin de soins d'urgence
    • bien qu'une première ligne forte soit certainement souhaitable et bienvenue, le recours tôt ou tard à des soins d'urgence de qualité est une nécessité incontournable
    • le vieillissement de la population amène une augmentation des visites à l'urgence

L'ACMU et l'AMUQ croient que l'application des « bons remèdes » aux « bons problèmes » peut prévenir une détérioration des soins d'urgence et améliorer les soins d'urgence - Nos patients le méritent !

 

 

Media Enquiries Contact:

Christina Bova, Manager, Membership Services

613-793-0926 | cbova@caep.ca

Caep.ca